JO 2024 : les concurrents de la candidature de Paris

Anneaux Olympiques

Le comité d’organisation de Paris 2024 a remis mercredi dernier son dossier de candidature au CIO et présenté le projet au grand public. Quelles sont les autres villes candidates ? Qui Paris doit craindre le plus ? Le CIO annoncera la ville organisatrice des 33ème JO le 11 septembre 2017 à Lima.

  • Los Angeles, la force de frappe des Etats-Unis

1996 ! 20 années que la première puissance mondiale n’a pas organisé les JO d’été soit une éternité pour le premier « financier » du CIO. En effet, 6 top sponsors du CIO sur 12 sont américains (McDonald’s, Coca-Cola, GE, P&G, Dow et Visa) et les deux méga-contrats de diffusion signés avec NBC et Discovery Communications (via Eurosport sur le continent européen) sont les plus importants de l’instance olympique et de loin ! Après l’échec de Boston (pas de soutien populaire, contestation du budget …), Los Angeles a été choisi par le comité olympique américain pour porter la candidature du pays.

Sites LA 2024

Basé sur l’utilisation d’équipements déjà existants comme le Staples Center, le Coliseum, le Rose Bowl ou certains stades d’universités et de sites emblématiques de la ville et du littoral, le dossier de Los Angeles présente toutes les garanties exigées par le CIO. Le village olympique sera installé dans des résidences universitaires. LA 2024 mise sur quatre principaux pôles (centre-ville, littoral, vallée et south bay) et plusieurs sites dispersés autour de la ville dont le Rose Bowl et la colline de Santa Monica. Selon un sondage publié par le Center for Study of Los Angeles, 88% des habitants de la ville soutiennent la candidature de leur ville à l’organisation des JO 2024.

Fiche :

2ème ville du pays
4 millions d’habitants
16 millions pour l’agglomération
Organisation des JO d’été en 1984 et 1932
Budget : 4,8 milliards €
Patron du comité de candidature : Casey Wasserman (PDG Wasserman Media Group)
Principaux équipements : Staples Center, Rose Bowl, Coliseum …

  • Rome mise sur son patrimoine historique et culturel

Rome a dévoilé son projet dans son Palais des congrès en direct sur la télévision publique. Comme les trois autres candidatures, elle a mis en avant le fait que la plupart des sites étaient déjà disponibles (70% selon Luca di Montezemolo, le patron de Roma 2024) soulignant que ses Jeux Olympiques seraient peu onéreux. La candidature italienne n’aurait à construire spécifiquement pour les Jeux qu’une base nautique, le parcours de canoë-slalom, le vélodrome ainsi que le village olympique et le media center. Au-delà des rénovations (Stadio Olimpico, Stadio Flaminio …) beaucoup d’installations seraient utilisées de manière temporaire.

Le projet italien joue pleinement la carte historique et du charme à l’italienne. Ainsi, le défilé des vainqueurs se ferait devant le Colisée, l’arrivée du cyclisme sur route serait jugée au coeur des Fori Imperiali, le tir à l’arc serait organisé aux Thermes de Caracalla. Pour le marathon, les coureurs passeraient devant la basilique Saint-Pierre au Vatican, la synagogue et la mosquée.

Roma 2024

Fiche :
Rome (Italie)
1ère ville du pays (capitale)
2,7 millions d’habitants
4,5 millions pour l’agglomération
Organisation des JO d’été en 1960
Budget : 3,2 milliards €
Patron du comité de candidature : Luca di Montezemolo (ancien président de Ferrari)
Principaux équipements : Stadio Olimpico, Forum Italico …

  • Budapest, l’outsider

Budapest est la seule ville en course pour l’organisation de l’olympiade 2024 a n’avoir jamais accueilli les JO (dernière candidature en 1960). Le conseil municipal de Budapest a voté à 25 voix contre 1, l’engagement de la capitale hongroise pour une candidature en juin dernier. Les opposants, qui redoutent d’avoir à supporter de lourds coûts d’organisation et les risques de corruption, ont tenté sans succès d’organiser un référendum citoyen pour bloquer la candidature, à l’instar de Hambourg. Le premier Ministre conservateur Viktor Orban mordu de sport est pleinement engagé dans la bataille.

Budapest 2024

La ville organisera les Championnats du Monde de judo et de Natation en 2017 dont la piscine ultra-moderne est en train d’être construite. La candidature hongroise mise beaucoup sur ces deux compétitions pour démontrer qu’elle est entièrement capable d’accueillir des grands événements sportifs internationaux et ce à quelques mois du vote final du CIO. Autre atout non négligeable pour le dossier de Budapest, la rénovation en cours du Ferenc Puskas Stadium qui accueillera des matchs de l’Euro 2024 (capacité de 68 000 places).

Fiche :
1ère ville du pays (capitale)
1,7 million d’habitants
2,5 millions pour l’agglomération
N’a jamais organisé les JO
Budget : 2,4 milliards €
Patron du comité de candidature : Pat Schmitt (ancien Président et médaillé olympique)
Principaux équipements : Ferenc Puskas Stadium, Groupama Arena, Sportarena …