PSG/ Chelsea : le comparatif business du choc

PSG Chelsea

A l’occasion des retrouvailles entre le PSG et Chelsea, nous vous proposons un comparatif économique entre les deux clubs qui s’affrontent pour la troisième année consécutive en phase finale de Ligue des Champions.

  • Revenus annuels : le PSG a largement dépassé Chelsea depuis 3 saisons

Les revenus du PSG ont bondi ces dernières années de manière impressionnante. Depuis 2012, le club parisien dégage plus de recettes que Chelsea, l’écart se creusant de plus en plus. Le chiffre d’affaires du Paris Saint-Germain pour la saison dernière se chiffre à 481 millions € selon Deloitte contre 420 millions € pour Chelsea. Le PSG a presque quintuplé ses recettes depuis la prise de contrôle de QSI en 2011 ! Le club parisien devrait franchir le cap des 500 millions € cette saison !

Avec l’augmentation à venir des droits TV en Angleterre, Chelsea devrait repasser devant le PSG dès la saison 2016-2017.

Evolution revenus PSG

  • Sponsoring et revenus commerciaux : le PSG peut s’appuyer sur des sponsors du Golfe

Selon Deloitte, les revenus commerciaux (sponsoring, merchandising, …) du PSG sont les plus élevés d’Europe avec 297 millions € pour la dernière saison ! Chelsea enregistre de con côté 149 millions € de recettes sur ce critère, soit le double pour le club parisien !

Les Blues ont sensiblement élevé leurs revenus sponsoring principalement grâce à Yokohama Tyres qui s’affiche sur le maillot des Blues pour la première fois cette saison pour un montant de 52 millions € par an. adidas verse 39 millions € par saison au club londonien, le contrat ayant été renégocié récemment. Les deux sponsors principaux du PSG, Nike et Emirates, versent chacun une somme estimée entre 20 et 30 M€ par saison selon les résultats du club. Le Paris Saint-Germain s’appuie sur de nombreux sponsors du Qatar : Ooredoo, QNB, Katara, Aspire, Aspetar, beIN Sports sans compter le méga contrat avec la Qatar Tourism Authority de l’ordre de 100 millions € par an.

PSG

  • Revenus stades : deux stades trop petits pour rivaliser avec les autres grands clubs européens

60 000 ! C’est l’objectif que partagent les directions des deux clubs concernant la capacité idéale pour leurs futurs stades respectifs. Stamford Bridge est depuis longtemps trop petit (42 000 places) et vétuste comparé aux autres stades anglais. Les Blues ont comme projet de restaurer leur stade de Stamford Bridge après plusieurs échecs pour développer un nouveau stade. Le projet du New Stamford Bridge se chiffre à plus de 600 millions € ! La direction du PSG souhaite après l’Euro 2016 augmenter la capacité du Parc des Princes et développer de nouveaux espaces d’hospitalités.

Le PSG a dégagé 74 millions € de recettes de son stade la saison dernière et Chelsea 93 millions € selon Deloitte. Le projet de nouveau stade est sans doute la plus grande marge de développement dans les années à venir pour les deux clubs.

New Stamford Bridge

  • Droits TV : la Premier League sur une autre planète

C’est le point fort du football anglais : des droits TV domestiques extrêmement élevés. BT et Sky Sports verseront 2,3 milliards € par saison sans compter l’argent des diffuseurs internationaux. Cela devrait permettre aux clubs anglais du haut de tableau de toucher des sommes comprises entre 150 et 220 millions €. La saison dernière, Chelsea a reçu 130 millions € pour son titre en Premier League et 40 M€ de la part de l’UEFA pour son parcours en Ligue des Champions.

La marge du PSG pour augmenter ses revenus sur le critère des droits TV est relativement faible au niveau domestique. Les droits de la Ligue 1 augmenteront d’environ 20% à partir de la saison prochaine mais le champion de France devrait toucher au maximum que 55 à 60 millions €, une somme très inférieure à ce que percevra le dernier de la Premier League !

La marge de progression dans ce domaine pour le PSG se situe en C1. Un parcours plus abouti (une présence en finale par exemple) permettrait d’encaisser une somme bien plus importante de l’ordre de 80-90 millions €. A titre de comparaison, le club parisien a reçu un chèque de 56,1 millions € l’an dernier de la part de l’UEFA. Le Paris Saint-Germain profite ainsi de la faible concurrence en C1 au niveau national et de droits TV élevés pour cette compétition en France.

TV Rights

  • Valorisation de l’effectif : léger avantage pour les Blues

Selon le site allemand transfermarkt.com, spécialisé dans l’estimation marchande des joueurs, l’effectif du PSG pèse 425 millions € à date. Angel Di Maria est le joueur le mieux valorisé du collectif parisien avec 60 millions €. Suivent Marco Verratti et Edison Cavani, estimés par transfermarkt à 40 millions €. Côté Blues, l’effectif est valorisé à 490 millions € et Eden Hazard demeure le joueur à la plus forte valeur marchande (70 millions €).

  • Influence digitale : Chelsea l’anglophone loin devant malgré la forte croissance du PSG

Même si la croissance du PSG sur Facebook est la plus importante des clubs européens, Chelsea domine largement le club parisien sur les trois principaux réseaux sociaux. Ainsi, les Blues compte pratiquement le double de fans sur Facebook et plus du double sur Twitter ! L’écart est moins important sur Instagram (4 millions contre 5,7 millions).

Facebook : 23 millions de fans / 44,8 millions
Twitter : 3,15 millions de followers / 6,57 millions
Instagram : 4 millions d’abonnés / 5,7 millions

  • Actionnariat : une ambition similaire dès l’arrivée d’Abramovitch et de QSI

Roman Abramovitch a repris le club de Chelsea en 2003 pour un montant estimé à 210 millions €. Au bout de neuf années, Avramovich arrivait à ses fins avec la campagne victorieuse en Ligue des Champions en 2012. A cette date, il aurait consacré pas moins de deux milliards d’euros de sa fortune entre la prise du club, les montants investis sur le marché des transferts et les déficits à combler ! La famille royale du Qatar via le fond d’investissement QSI a racheté 70% des parts du PSG à Colony Capital en 2011 pour une somme d’environ 50 millions €. Depuis la direction du club a investi plus d’un demi-milliard € en transferts.

Très vite après leurs prises de participation respectives, l’objectif affiché par les deux actionnaires est clair : devenir l’un des meilleurs clubs au monde et remporter la Ligue des Champions à l’horizon 5 ans.

Nasser Roman