7 questions à Anthoine Hubert, pilote en GP3 Series

La France revient sur le devant de la scène en sport automobile : trois français en Formule 1, un retour aux affaires progressif de Renault, un Grand Prix au Castellet en perspective, un cinquième titre de Champion WRC pour Sébastien Ogier, sans oublier Vergne, Prost et Renault E Dams qui brillent en Formule E…

Et parmi la jeune génération de pilotes tricolores prometteurs, voici Anthoine Hubert, 21 ans, membre de l’équipe de France FFSA et pilote GP3 chez ART Grand Prix. Depuis son titre de champion de France de F4 en 2013, il gravit les échelons avec rapidité et constance : deux années en Formule Renault 2.0 (meilleur rookie 2014 et 5ème en 2015) suivie d’une saison de F3 Europe. En 2017, avec 4 podiums et une 4ème place au général avant les deux meetings de fin novembre à Abu Dhabi, Anthoine Hubert est le premier français du GP3. En attendant la finale du GP3 au Yas Marina Circuit, Sportsmarketing.fr a rencontré Anthoine Hubert.

Bruno Cammalleri : Comment pourriez-vous caractériser le championnat GP3 ? Et que pensez vous de sa médiatisation ?

Anthoine Hubert : C’est un championnat très enrichissant et assez différent de ce que j’ai connu auparavant. La voiture est puissante, ce qui la rend plaisante à piloter, et la complexité des pneumatiques Pirelli m’a appris de nouvelles choses notamment sur la gestion de la course. En ce qui concerne la médiatisation du GP3 Series, le fait d’être sur les meetings de Formule 1 permet de rouler devant beaucoup de fans mais également d’être vu par les dirigeants de la catégorie reine, ce qui ne peut être que positif pour les jeunes pilotes que nous sommes. Nous avons également la chance, en France, d’avoir une course par meeting retransmise en direct sur Canal+ Sport.

Bruno Cammalleri : Avec 4 podiums – Silverstone, Budapest, Monza, Jerez – quel bilan pouvez-vous faire de votre saison 2017 en GP3 au sein de l’équipe de référence ART Grand Prix ?

Anthoine Hubert : La saison n’est pas terminée donc il est un peu tôt pour faire un bilan. Jusqu’à maintenant j’ai été régulier aux avants postes en marquant des points à toutes les courses à l’exception de la Course 1 de Spa et en montant sur le podium 4 fois. Je suis toujours à la recherche de mon premier succès en GP3 et je compte bien aller le chercher lors de la dernière manche d’Abu Dhabi. Pour ma première année dans la catégorie, mon apprentissage de la voiture a été facilité par l’excellent travail de l’équipe ART avec qui nous sommes déjà titrés Champion Teams depuis Monza.

Bruno Cammalleri : Quels sont vos objectifs de carrière à court et moyen terme ? La F1 à tout prix, la Formule E, l’Endurance, d’autres catégories ?

Anthoine Hubert : Mon objectif est de devenir pilote professionnel, de pouvoir vivre de ma passion. Actuellement je suis dans la filière monoplace alors l’objectif est évidemment la Formule 1 mais je ne suis pas pour autant fermé à d’autres opportunités.

Bruno Cammalleri : Pouvez-vous nous décrire la relation que vous avez avec vos sponsors et partenaires ?

Anthoine Hubert : Nous avons un projet commun. La plupart de mes partenaires ne cherchent pas de la visibilité en affichant leur logo sur ma voiture ou ma combinaison mais plutôt à m’aider à atteindre mes objectifs, ils sont passionnés et vivent cette passion à travers moi. Ce sont des gens qui me suivent, pour un grand nombre, depuis de nombreuses années, certains même depuis mes débuts en 2004 !

Bruno Cammalleri : Comment utilisez-vous les réseaux sociaux dans votre communication ? Les gérez-vous seul ?

Anthoine Hubert : Oui, je gère moi-même mes réseaux sociaux. Je suis présent sur Facebook, Twitter et Instagram et j’essaie de publier du contenu de manière régulière pour permettre aux gens qui me suivent de rester informés de mon actualité tout en dissociant bien les 3 réseaux et leurs publics respectifs.

Bruno Cammalleri : Si vous deviez nous citer deux souvenirs marquants en course auto dans votre carrière ? Et en tant que spectateur/téléspectateur ?

Anthoine Hubert : Le premier événement qui me vient en tête est ma victoire au Nurburgring en F3 l’an dernier. C’était ma première victoire dans la catégorie, c’est donc un excellent souvenir. Le deuxième est mon titre de F4 à l’Auto Sport Academy en 2013 qui a parfaitement lancé ma carrière en sport auto.

En tant que spectateur, j’ai assisté à l’arrivée marquante des 24 Heures du Mans 2016 avec l’abandon de Toyota à 1 tour du but. C’est même une leçon de vie qui montre que rien n’est jamais acquis ni perdu tant que la ligne d’arrivée n’est pas passée… Dans le même style, la fin du GP du Brésil 2008, suivi à la télévision, où Hamilton remporta son 1er titre de Champion du Monde fut dramatique mais très intense.

Bruno Cammalleri : Quel est votre modèle ou vos modèles en sport automobile ? Et dans les autres sports ?

Anthoine Hubert : Mon tout premier modèle a été Sébastien Loeb. Mon père a fait du rallye et j’ai donc suivi avec admiration ses exploits en WRC. En Formule 1, j’ai de l’admiration pour la philosophie de travail et de la réussite qu’ont eu Prost et Lauda. Dans les autres sports, ce qu’a fait Zidane et ce qu’il continue à faire encore aujourd’hui est simplement incroyable. Sinon, j’ai récemment lu la biographie d’André Agassi et sa personnalité m’a beaucoup plu.

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*