Naomi Osaka bat Serena Williams pour atteindre la finale de l’Open d’Australie. Une victoire pas uniquement sur le court…

 

Naomi Osaka est officiellement finaliste de l’Open d’Australie, premier Grand Chelem de la saison de tennis, après sa victoire contre son idole de toujours, Serena Williams, elle en lice pour remporter eson 24ème Grand Chelem et par la même occasion égalée le record. 

Naomi Osaka, qui avait déjà battu Serena Williams en finale de l’U.S. Open 2018, remportant par la même occasion son premier tournoi du Grand Chelem, affrontera Jennifer Brady samedi soir heure locale pour tenter de remporter son 4ème tournoi du Grand Chelem. L’athlète, américano-japonaise de 23 ans, est considérée par beaucoup dans le milieu du tennis comme l’héritière de Serena Williams de par son style de jeu sur le court mais aussi par son potentiel business. 

En effet, avec 34 millions de dollars de recettes sponsoring et 3.4 millions de prize money remportés lors des différents tournois de l’année 2020, Naomi Osaka s’est classée à la première place du classement Forbes des athlètes les plus riches. Rien que sur l’année 2020, Naomi Osaka a signé avec des marques de renom comme Louis Vuitton, Tag Heuer ou encore la marque Workday, venant s’ajouter à ses collaborations existantes avec Nissan, Nike, Mastercard et Shiseido entre autres. 

Si Naomi Osaka remporte l’Open d’Australie (c’est tout le mal qu’on lui souhaite), elle rempochera un joli chèque de 2.13 millions de dollars (vs. 1.16 millions si elle n’est que finaliste). Même si à date son portefeuille de sponsors n’est pas comparable aux 50 et quelques accords que détient Serena Williams via son entreprise « Serena Ventures », Osaka semble lui emboiter le pas comme le prouvent ses investissements récents dans les sociétés Hyperice, une société proposant « des appareils de massage innovants dotés des dernières technologies » et BodyArmor, boisson sportive créée en 2011 à New-York

Naomi Osaka North Carolina Courage

De plus, Naomi Osaka a acquis une part du club de football féminin des North Carolina Courage, évoluant dans la National Women’s Soccer League (NWSL), devenant par la même occasion co-propriétaire du club. Cet investissement a été inspiré et motivé par la décision quelques semaines auparavant de Serena Williams de prendre une part dans le club de NWSL basé à Los Angeles, l’Angel City FC. 

« Je vois régulièrement ce genre d’initiatives de la part d’athlètes investissant dans d’autres sports que le leur » a déclaré Osaka. « Je me suis souvenu avoir lu un article dans lequel j’apprenais que la fille de Serena Williams avait investi dans une équipe de football. Je me suis dit que c’était un investissement malin à réaliser. »

 

 
 
 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire