3 questions à Anthoine Hubert, champion GP3 Series 2018

A 22 ans et grâce à 11 podiums dont 2 victoires en 18 courses, Anthoine Hubert marche sur les traces des Bottas, Kvyat, Ocon, Leclerc ou Russell, en remportant le très relevé championnat GP3 avec 16 points d’avance sur son dauphin Nikita Mazepin. Le pilote lyonnais, qui a rejoint le giron Renault Sport début 2018, revient sur cette saison qui l’a conduit jusqu’au titre avec ART Grand Prix et évoque son avenir.

Bruno Cammalleri : Quelle a été la clé pour gagner ce championnat ?

Anthoine Hubert : Pour revenir sur cette saison, la clé de réussite a clairement été la régularité. On a toujours réussi, ou en tous cas la plupart du temps, à se positionner aux avant-postes. Cette constance a été primordiale, hormis le Red Bull Ring (Autriche) où je n’ai marqué aucun point. Tous les autres week-ends ont été positifs et très riches en points. J’ai fait 11 podiums en tout sur l’ensemble de cette année et j’ai bien atteint l’objectif fixé en début de saison, à savoir remporter le titre tout en étant régulier. J’ai quand même eu un peu de temps pour savourer mon titre en GP3, notamment au moment de la remise de prix qui s’est déroulée après la course d’Abu Dhabi, puis sur les quelques jours suivant ce dernier meeting de GP3 étant donné que les tests de Formule 2 arrivaient seulement le jeudi. Ensuite nous nous sommes bien concentrés sur ces trois journées importantes de tests.

Bruno Cammalleri : Ca fait quoi de courir et de gagner au Castellet en tant que pilote tricolore ?

Anthoine Hubert : Ce fut vraiment génial de courir là bas ! Surtout dans ce contexte si spécial de retour du Grand Prix de France, avec une superbe ambiance, et en plus au début de l’été. Donc tout cela rend le meeting particulièrement agréable. C’était tellement sympa de voir autant de monde et de passionnés français. C’est vrai que j’ai marqué pas mal de points lors de ce meeting, 27 sur la course 1 et 4 sur la course 2, mais le fait de gagner sur tapis vert n’a pas le même goût en terme de célébration.

Bruno Cammalleri : Quelles sont vos relations avec Renault et comment voyez-vous votre avenir ?

Anthoine Hubert : Je suis devenu pilote affilié Renault Sport au début de la saison 2018, le deal prévu initialement étant que si je gagne le championnat GP3 je pourrais alors rejoindre la Renault Sport Academy. J’ai d’ailleurs eu la chance de côtoyer Alain Prost cette année grâce à mon statut chez Renault. C’était vraiment passionnant de pouvoir échanger avec lui qui est une légende de la F1. Il était présent lors du podium à Abu Dhabi où j’ai fini 3ème de la course 1. A court terme, j’aimerais courir en Formule 2, ce qui est la suite logique. Mon objectif principal reste de devenir pilote professionnel. Alors en ce qui concerne les autres séries, à partir du moment où une catégorie me permettra de remplir cet objectif cela pourra effectivement m’intéresser.

Photos : Dutch Photo Agency

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*