Les 5 nouveautés de la saison 5 de Formule E

Une voiture par course et par pilote avec la GEN 2, format de course ajusté, arrivée de Felipe Massa, nouvelles villes au calendrier, ajout d’une course support, mode attaque… la Formule E Génération 2 débarque à partir du 15 décembre à Riyad. Avec pléthore de nouveautés et un plateau de plus en plus relevé emmené par le français Jean-Eric Vergne, champion en titre, cette saison 5 marque le début d’une nouvelle ère. Sportsmarketing.fr a rassemblé les 5 grandes nouveautés de cette 5ème saison de Formule E qui joue à fond la carte de l’entertainment, vers des courses encore plus imprévisibles et spectaculaires.

UNE NOUVELLE MONOPLACE PLUS AFFIRMEE, PLUS RAPIDE ET PLUS ENDURANTE : LA SPARK GEN 2

Il s’agit seulement de la cinquième saison du championnat, mais sa technologie évolue déjà. Certes le changement est une constante en sport automobile, mais il s’agit d’une nécessité qui permet à la discipline de gagner en crédibilité et de faire taire un bon nombre de critiques à son sujet : avec son look ultra-futuriste digne de la Batmobile, exit le changement de voiture à mi-course. La nouvelle batterie, dite longue durée, offre une capacité de stockage d’énergie presque deux fois supérieure à la précédente, passant de 28 kWh à 54 kWh. La batterie permettra donc de disputer l’intégralité d’un e-Prix soit 45 minutes + 1 tour. La puissance passe de 200kW à 250kW pour cette saison 5, avec notons le, une puissance maximale qui sera fixée à 200kW lors des courses. La Gen2 passe de 0 à 100 km/h en 2,8 secondes et atteint une vitesse de pointe de 280 km/h. Pas d’aileron sur les Gen 2, ce qui permet à la Formule E d’avoir un design distinctif unique en son genre. On notera la présence du halo, la protection de la tête déjà présente en F1.

NOUVEAUX VISAGES

Si le passage à la Gen 2 demeure LA révolution de cette saison 5, le mercato des pilotes reste lui assez marqué avec encore un fort turn over qui caractérise la Formule E depuis ses débuts. La preuve, seule l’écurie Audi Sport Abt Schaeffler possède le même line up depuis la saison 1. Pour cette saison 5, ce sont 6 nouveaux pilotes qui rejoignent les rangs de la discipline, auxquels il faut ajouter 3 revenants. Avec ces 9 nouveaux visages, c’est plus de 40% de la grille qui est renouvelée.

Annoncée dès mai 2018, l’arrivée de Felipe Massa chez Venturi c’est une nouvelle prise de guerre en provenance de la F1. C’est aussi un nouveau départ pour le brésilien, douze mois après avoir raccroché son casque de vice-champion du monde de Formule 1. Notons qu’au total, la grille de la saison 5 comptera en tout 9 anciens pilotes de F1.

Le nouveau team HWA, qui prépare la venue de Mercedes pour la saison 6 fait aussi appel à un ancien pilote de F1, le belge Stoffel Vandoorne qui tentera de rebondir après avoir subi la (dure) loi de Fernando Alonso chez McLaren. Il sera épaulé par le vétéran britannique Gary Paffett, champion DTM en 2005 et 2018.

Deux autres nouveaux visages seront à suivre : Alexander Sims chez BMW, et Maximilian Günther chez Geox Dragon.

Il faudra attendre l’E-Prix du Maroc en janvier pour voir les grands débuts en Formule E de Pascal Wehrlein. L’ancien équipier d’Esteban Ocon chez Manor arrive en Formule E chez Mahindra. En attendant, ce sera Felix Rosenqvist qui pilotera pour l’écurie indienne lors de la manche inaugurale. Rosenqvist évoluera principalement en 2019 en IndyCar Series après avoir été engagé par le Chip Ganassi Racing.

Du coté des revenants, on aura le plaisir de revoir le français Tom Dillmann enfin titulaire dans une équipe de Formule E, et ce sera chez NIO à la place d’un très décevant Luca Filippi. L’alsacien, vainqueur de la Formule Renault 3.5 2016 disputera sa première saison complète en Formule E après plusieurs piges très réussies sur Venturi comme sa belle 4ème place à New-York en juillet 2018. Autre ancien vainqueur de la Formule Renault 3.5 (c’était en 2012) et qui fait son retour en Formule E : Robin Frijns. Ex Andretti, le pilote néerlandais, 12e de la saison 2 et 13e de la saison 3 rejoint Sam Bird au sein de l’équipe Envision Virgin Racing. Enfin, Oliver Rowland, vainqueur de la Formule Renault 3.5 2015, signe chez Nissan e dams : le britannique obtient finalement le volant de titulaire qui devait revenir à Alex Albon, mais le thaïlandais ayant hérité d’une place chez Toro Rosso en Formule 1, la voie était libre chez Nissan e dams pour Rowland. Lors de la saison 2, l’anglais a déjà participé à l’E-Prix de Punta del Este avec Mahindra (en remplacement de Nick Heidfeld).

Le seul transfert interne à la Formule E concerne Jérôme D’Ambrosio, membre de l’effectif du Dragon Racing depuis la naissance de la Formule E, qui rejoint Mahindra.

Jean-Eric Vergne sera-t-il le premier champion à conserver son titre ?
Jean-Eric Vergne sera-t-il le premier champion à conserver son titre ?

Grille complète :

Audi Sport Abt Schaeffler : Lucas Di Grassi (11) – Daniel Abt (66)

DS Techeetah : Jean-Eric Vergne (25) – André Lotterer (36)

Envision Virgin Racing : Sam Bird (2) – Robin Frijns (4)

Mahindra : Jérôme D’Ambrosio (64) – Felix Rosenqvist (94) puis Pascal Wehrlein en 2019

Nissan e dams : Sebastien Buemi (23) – Oliver Rowland (22)

Jaguar : Nelson Piquet Jr (3) – Mitch Evans (20)

Venturi : Felipe Massa (19) – Edoardo Mortara (48)

NIO : Tom Dilmann (8) – Oliver Turvey (16)

Geox Dragon : José Maria Lopez (7) – Maximilian Günther (6)

BMW i Andretti : Antonio Felix Da Costa (28) – Alexander Sims (27)

HWA Racelab : Stoffel Vandoorne (5) – Gary Paffett (17)

Coté constructeurs, Renault laisse sa place à Nissan et l’équipe championne des constructeurs lors des trois premières saisons devient Nissan e.dams. En effet, le team de Jean-Paul Driot accueille le premier constructeur japonais engagé en Formula E, Nissan prenant la suite de Renault dans une certaine logique, la Nissan Leaf étant la plus vendue des voitures électriques dans le monde. DS a quitté Virgin pour s’associer à Techeetah, alors que Virgin est désormais associée à Audi. L’équipe Techeetah avec laquelle Jean-Eric Vergne a décroché le titre en saison 4 a noué un partenariat avec le constructeur DS pour devenir équipe d’usine. BMW fait de son côté son arrivée, en tant que partenaire de l’équipe Andretti. Enfin, HWA Racelab, qui fait passer le plateau de 20 à 22 voitures, doit préparer le terrain avant l’arrivée officielle de Mercedes l’an prochain.

NOUVELLES DESTINATIONS

13 courses et 12 villes au menu de cette saison 5. Quand certains rendez-vous s’ancrent dans le calendrier comme Berlin et Paris, d’autres destinations, au nombre de 3, arrivent cette saison : la manche inaugurale de Riyad, Sanya, et Berne qui vient remplacer Zurich. D’ailleurs sur ces 12 villes, seules Monaco et Berlin étaient déjà présentes au calendrier de la saison 1. Un calendrier qui s’est depuis structuré et qui fait la part belle à une grande saison européenne avant le double-header final new-yorkais.

Round 1 : Ad Diriyah, Arabie Saoudite – 15 décembre 2018

Round 2 : Marrakesh, Maroc – 12 janvier 2019

Round 3 : Santiago, Chili – 26 janvier 2019

Round 4 : Mexico, Mexique – 16 février 2019

Round 5 : Hong Kong – 10 mars 2019

Round 6 : Sanya, Chine – 23 mars 2019

Round 7 : Rome, Italie – 13 avril 2019

Round 8 : Paris, France – 27 avril 2019

Round 9 : Monaco – 11 mai 2019

Round 10 : Berlin, Allemagne – 25 mai 2019

Round 11 : Berne, Suisse – 22 juin 2019

Round 12 : New York, USA – 13 juillet 2019

Round 13 : New York, USA – 14 juillet 2019

Monaco, au calendrier une année sur deux
Monaco, au calendrier une année sur deux

DES NOUVEAUTES POUR AMELIORER LE SPECTACLE ET « L’UNPREDICTABILITY »

Arrivée d’une course support :  

Avec l’arrivée d’une course support de voitures électriques, la Formule E améliore son offre sportive envers les fans. La Jaguar I-Pace eTrophy, série support monotype entièrement électrique, se disputera en lever de rideau de 10 courses de Formule E. Faisant écho à l’engagement de Jaguar, présent en FE depuis la saison 3, il s’agit de la première course internationale de voitures électriques de série. Ce championnat soutient le lancement de la Jaguar I-Pace, la sportive électrique à 5 places de Jaguar qui est arrivée sur le marché en 2018. La nouvelle série compte 10 pilotes inscrits pour la saison complète, en plus d’une voiture « VIP » pour un pilote invité.

Fanboost élargi à 5 pilotes :

La Formule E a su s’emparer du digital, en particulier grâce à l’idée du Fanboost qui permet aux fans de voter pour leur pilote favori, celui-ci pouvant obtenir en fonction du résultat du vote un surplus de puissance durant la course. Presque du Mario Kart… A travers ce procédé de « gamification », les fans peuvent ainsi influencer l’issue d’une course. Cette saison le fanboost récompense non plus trois mais cinq pilotes qui recevront un bonus de puissance à utiliser durant cinq secondes lors de la seconde moitié de la course. Les fans pourront voter jusqu’à 15 minutes après le départ de la course.

Le mode attaque :

Avec la fin du changement de voitures, le mode attaque entend redonner du sens stratégique aux courses de Formule E tout en y apportant un coté spectaculaire. A chaque course, les pilotes pourront bénéficier de ce mode, qui fera passer la puissance de 200kW à 225kW, dans une zone précise du circuit, et un certain nombre de fois, qui dépendra du tracé. Pour activer ce mode, les pilotes devront quitter la trajectoire et traverser la zone d’activation. C’est de cette façon qu’ils pourront récupérer 25 kW de puissance supplémentaire. Voilà qui devrait pimenter à la fois les dépassements, les stratégies et la question cruciale de la gestion de l’énergie. Si le fanboost est « presque du Mario Kart » le mode attaque c’est clairement du Mario Kart !

Les différents modes de puissance seront désignés par des LED fluorescentes ornant le halo, au-dessus de la tête du pilote donc. Voici une autre innovation introduite par la Formula E pour que les fans puissent mieux suivre la course. Bleu pour le mode attaque et magenta pour le fanboost.

Selon le CEO de la Formule E, Alejandro Agag : « La Formule E a cassé les codes en étant la première à passer à l’électrique – il est donc clair que nous n’avons pas peur d’essayer de nouvelles choses. Qu’il s’agisse d’introduire de nouvelles innovations sur la piste, d’ajuster le format de course ou de créer de nouvelles façons pour les fans de suivre ou d’interagir avec nous. Je suis impatient de voir les grands débuts, en action, de la Gen2 et du mode attaque lors d’un scénario de course sur des circuits urbains exigeants. Cela fait longtemps que j’attends ce moment et c’est l’année où le Championnat ABB FIA Formula E arrive à maturité. »

DE NOUVEAUX SPONSORS

Depuis janvier 2018, ABB, compagnie technologique spécialisée dans l’ingénierie électrique, la robotique et la construction de produits et de systèmes haute performance, est le sponsor titre de la Formule E. La banque suisse Julius Bär est connue comme partenaire global de la série 100% électrique et Michelin est en manufacturier.

Image moderne, courses urbaines faisant la part belle au spectacle et à l’innovation, la Formule E ou plutôt la ABB Formula E, continue de séduire de nouveaux partenaires officiels à l’aube de cette saison 5 qui rejoignent Tag Heuer, DHL, BMW i, Allianz , Enel, Modis ou encore Hugo Boss. Il s’agit, en effet de Bosch, Heineken, Saudia et du spécialiste de l’énergie Antofagasta Minerals.

Bosch, l’un des principaux fournisseurs de technologies et de services dans le secteur de l’automobile, s’associe à la FE en tant que partenaire officiel dans le domaine des pièces automobiles, des appareils électroménagers et des outils électriques.

Heineken rejoint la Formule E en tant que partenaire officiel pour la bière et le cidre. La Formula E capte ici un nouveau partenaire précédemment vu en F1, à l’instar de DHL ou Hugo Boss. Ce partenariat d’une durée de cinq ans a été annoncé lors d’un événement spécial à Amsterdam avec le fondateur et CEO de la Formula E, Alejandro Agag et Gianluca Di Tondo, responsable de la marque Heineken. En plus de sa désignation exclusive en tant que partenaire officiel de la bière et du cidre, Heineken disposera d’activations et d’accès privilégiés pour tous les événements et lieux de course clés, en particulier sur les E-Prix de Santiago, Mexico, Rome et New York.

Enfin, Moët et Chandon devient le nouveau champagne officiel de la Formule E. Moët et Chandon apparaîtra sur le podium de chaque épreuve, et au delà, dans les rues des villes qui figurent au calendrier de la Formule E. Outre la fourniture de champagne aux invités de la zone d’hospitalités de l’Emotion Club, Moët et Chandon accueillera également les fans dans les bars à Champagne qui seront installés dans l’enceinte de l’Allianz E-Village sur plusieurs meetings de la saison.

LE CHIFFRE EN PLUS

1 championnat mais 3 chaînes ! En France, la Formule Electrique sera diffusée conjointement par Canal et Eurosport. L’intégralité des courses seront diffusées sur Canal+ Sport et Eurosport, avec, soulignons-le, la retransmission de 6 courses en clair sur C8. Outre-Manche, la BBC a obtenu les droits de diffusion pour la saison 2018-2019. La BBC utilisera son site web et les plates-formes numériques pour retransmettre les courses et diffusera au moins une manche sur l’une de ses deux chaînes principales. La FE offrira aussi un live streaming de ses courses sur Youtube.

Crédit Photos : LAT/Formula E

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*