3 questions à Christophe Josse avant la Coupe du Monde 2018 sur beIN SPORTS

beIN SPORTS diffusera 100% des matchs de la Coupe du Monde 2018 avec les 64 rencontres en direct pour une couverture 24h/24 de ce mondial russe. Parmi les six duos de commentateurs mobilisés, on retrouvera Christophe Josse, en tandem avec Daniel Bravo, notamment pour les matchs de l’Equipe de France.

Bruno Cammalleri : Parmi vos souvenirs personnels de Coupe du Monde, si vous deviez nous en citer 3…

Christophe Josse : Je vais commenter ma 7ème Coupe du Monde en Russie durant cet été 2018. Alors oui, très clairement, j’ai beaucoup de grands souvenirs en Coupe du Monde mais je vais vous en citer trois à commencer bien sûr par France 98. C’est un souvenir indélébile. Je faisais partie de l’équipe de Canal+ et du dispositif de commentateurs. Lors de la finale France-Brésil j’étais dans la loge Canal+, tout près du poste de commentateurs. Il y avait des invités prestigieux et notamment Johan Cruyff. On a beaucoup discuté tout au long de cette finale. Au moment de l’exclusion de Marcel Desailly à la 67ème minute, le match semble être prêt à basculer, on doute. Johan Cruyff me dit à ce moment-là sur un ton très calme : « ne vous inquiétez pas, vous allez gagner 3-0 ». Il avait raison !

J’ai beaucoup aimé l’Afrique du sud en 2010. J’ai globalement un grand souvenir de cette Coupe du Monde que j’ai commenté avec Raynald Denoueix. L’Afrique du sud, c’est un pays vraiment incroyable. Nous avons découvert un pays riche dans tous les sens du terme, dans tous ses aspects. Nous avons fait durant ce mondial 2010 beaucoup de voyages avec  Raynald Denoueix qui est quelqu’un de très curieux. En fait on étudiait notre plan de route pour profiter au mieux du pays. C’était génial ! On voulait optimiser notre temps de route et joindre l’agréable à l’utile.

Et puis, tout de même, comment oublier le 7-1 du Allemagne-Brésil 2014, sur les terres brésiliennes. C’était un moment tout à fait incroyable avec une dimension historique que l’on pouvait percevoir en direct. Les tribunes de presse sont au cœur du stade donc on pouvait bien voir la réaction du public en direct. Le public n’y croyait pas, il sombrait avec son équipe. C’était incroyable.

Bruno Cammalleri : Comment s’articule votre duo avec Daniel Bravo et comment préparez-vous vos commentaires ?

Christophe Josse : L’articulation de notre binôme est excellente. Nous avons déjà un an ensemble sur beIN SPORTS, plus également un an où nous avions commenté la Série A sur Canal. Avec Daniel Bravo on se connaît depuis plus de 25 ans, c’est quelqu’un avec qui j’ai une complicité de longue date. Cela se voit à l’antenne. Daniel est passionné de football, il est généreux et il a une vision à la fois d’entraîneur et de joueur. Il a cette fibre là en lui. Il analyse sans concession et il est sincère dans ses commentaires.

On prépare nos commentaires ensemble. Daniel est un grand observateur du foot, il regarde beaucoup de matchs, il s’enrichit beaucoup. On effectue un travail de préparation très scrupuleux avec le flux important d’informations dont on dispose, que ce soit les données, les matchs, les vidéos etc… Donc effectivement on a visionné beaucoup de matchs avant cette Coupe du Monde.

Daniel Bravo & Christophe Josse
Daniel Bravo & Christophe Josse

En ce qui me concerne je ne vais pas changer mes habitudes, j’aurai toujours mes fiches avec les angles et points d’intérêts de chaque rencontre. Mais l’information principale d’un match de foot c’est le match ! Mon rôle est d’abord et avant tout de reconnaître les joueurs. Dire qui fait la passe, donner les informations utiles sur l’image et le son, sans en faire trop, en sachant qu’il faut aussi respecter certains silences qui peuvent être importants. Voilà ce que je dois donner dans une retransmission TV en direct, en sachant aussi qu’il y a toutes les analyses qu’apporte le consultant. Donc s’il y a encore la place pour enrichir davantage je le fais, sinon ce n’est pas nécessaire.

Bruno Cammalleri : Pouvez-vous nous donner votre sentiment global sur cette Coupe du Monde 2018 ? Quelle sera l’affiche à ne pas manquer ?

Christophe Josse : Je pense que l’affiche de ce premier tour à ne pas manquer sera Portugal-Espagne du Groupe B. On sera en début de Coupe du Monde et ce match pourrait d’entrée de jeu condamner un favori. Je commenterai tous les matchs des Bleus et j’espère en commenter le plus possible ! Le match d’ouverture Russie-Arabie Saoudite sera aussi à ne pas manquer. Car qu’importe l’affiche c’est la Coupe du Monde, et c’est le match d’ouverture avec la Russie à domicile. La Coupe du Monde c’est l’événement le plus regardé, alors quand on aime le foot le match d’ouverture a une saveur très particulière.

Sur les favoris le Brésil semble très armé et très fort pour ce Mondial. Le Portugal aussi. On a tellement dit qu’ils étaient inquiétants lors des matchs de préparation, mais avec des joueurs comme Cristiano Ronaldo ou Bernado Silva le Portugal aura du répondant et ils auront encore beaucoup d’atouts à faire valoir. En ce qui concerne la France on a beaucoup d’espoir pour les Bleus !

► Voir aussi le dispositif de beIN SPORTS sur la Coupe du Monde 2018

Copyright photos : PANORAMIC

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*